Logo Fédération Française Aikido IDF
menu

Commission Féminine

Les infos de la Commission Féminine IDF

fichiers à télécharger
Bilan de la Commission Féminine IDF oct 2018
Bilan CF nationale septembre 2019



Yolaine CELLIER Présidente de la Commission Féminine de La Ligue IDF vous informera régulièrement sur cette page

 

Jeudi 28 novembre 2019

Les résultats de l’enquête nationale sur la pratique féminine 2019 sont sortis !

 

Les objectifs étaient les suivants :

1/ Disposer de données permettant de mieux connaitre le public féminin et mettre en place des actions pour développer le nombre de pratiquantes

2/ Améliorer la visibilité des Commissions Régionales Féminines

3/ Créer une dynamique aux seins de ces commissions, et entre la commission et les pratiquantes

4/ Mobiliser et développer la motivation des pratiquantes

 

Cette enquête a recueilli 502 participations (sur 3293 inscrites soit : 13% )

 

Profil des participantes :

La répartition du nombre de pratiquantes par rapport à leur nombre d’année de pratique est plutôt homogène. Les pratiquantes commencent l’aïkido plutôt tard (31% entre 20 et 40 ans – 33% entre 40 et 60 ans) mais pratiquent longtemps (15% des participantes ont moins de 1 an de pratique mais 15% aussi des participantes ont + de 20 ans de pratique)

 

Côté fréquence :

Les pratiquantes les plus assidues ont entre 10 et 20 ans d’aïkido (70% pratiquent au moins 2 fois par semaine). Par contre, plus les pratiquantes ont d’années de pratiques et plus elles se déplacent aux stages.

 

Côté motivation :

Les pratiquantes débutent l’aïkido pour l’état d’esprit, la convivialité et l’absence de compétition. Elles se voient arrêter souvent pour un problème médical (en lien avec la pratique pour 25% ou non pour 18%) et aussi pour des problèmes d’ambiance (15%)

 

En conclusion :

Un travail sur la communication doit être mené pour attirer plus de pratiquantes, en insistant sur les points forts suivants : Etat d’esprit, convivialité, absence de compétition et l’aspect « défense » de cet art martial

 

Un travail au sein des clubs en parallèle permettra de maintenir nos pratiquantes, notamment en s’assurant d’une bonne ambiance, d’un accueil de qualité, d’une vigilance sur certaines pratiques (utilisation de la force, uke bloquant les mouvements, distinction entre hommes et femmes par l’enseignant)

 

Nous vous invitons à retrouver l’ensemble des résultats, avec de jolis graphes et représentations, dans le document joint.

 

 

_______________________________________________________________________________

 

Cette enquête a aussi été menée fin 2018 dans la ligue IDF, en voici le résumé.

 

Profil des pratiquantes :

Au regard de leur ancienneté (24% ont plus de 10 ans), les pratiquantes sont assez peu gradées (5% ont plus que le 1er Dan) et enseignent peu (7%) mais sont fortement impliquées dans la vie administrative de leur club (32%)

 

Côté fréquence :

Une pratique assez régulière dans leur club (à 76% de 1 à 2 fois par semaine) mais une faible fréquentation des stages (61% n’ont assisté à aucun stage ou un seul dans l’année)

 

Côté motivation :

Les pratiquantes commencent l’aïkido principalement pour l’état d’esprit, le côté martial/défense et l’absence de compétition.

Elles continuent en évoquant toujours l’état d’esprit, mais aussi la convivialité et l’aspect culturel.

Les freins à leur pratique sont potentiellement les blessures et problèmes médicaux, la mauvaise ambiance dans leur club, les horaires incompatibles avec la vie professionnelle, et l’impression de ne plus progresser.

 

En conclusion :

Les résultats sont dans la même tendance et les bonnes pratiques tirées de cette enquête vont dans le même sens (travailler sur la communication, l’ambiance et être vigilants sur certaines pratiques).

Nous vous invitons à retrouver l’ensemble de cette étude, toujours avec de jolis graphes, dans le document joint et à nouveau :

 

________________________________________________________________________________

MERCI

 

A toutes les pratiquantes d’Ile-de-France qui ont pris le temps de répondre à cette enquête.

A tous les responsables de clubs qui ont relayé, relancé et fait suivre les questionnaires.

A la commission nationale féminine de FFAB pour le lancement de cette enquête et l’ensemble des outils fournis aux CRF pour traiter rapidement et efficacement les données.

Yolaine CELLIER

Valery-Rija RAKOTOAMBININA

Membres de la commission régionale féminine FFAB IDF